Partagez | 
 

 A little bird told me... [pv isaac]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
WE ARE CURSED
avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 09/11/2015
Célébrité : Milo Ventimiglia
Une petite photo :
Véritable identité : Jabberwock
Encore des histoires :

"Beware the Jabberwock, my son!"



MessageSujet: A little bird told me... [pv isaac]   Ven 20 Nov - 3:05






Isaac Littlebird - Jason Bullock
“ A little bird told me... ”

Autrefois, la simple mention du nom de Jason faisait trembler des villages entiers. Tous se tenaient cachés, terrifiés, dans leurs maisons en priant que la colère de la créature de flammes ne s’abatte sur eux. On écrivait même des chansons sur lui. Il était craint, respecté et élevé au rang de divinité diabolique.

Maintenant, il se lève tout les jours à six heures du matin pour aller prendre son petit déjeuner à Granny’s avec les autres lève-tôt. Occasionnellement, il fait un rapide tour en ville histoire de prendre l’air, avant de se rediriger vers le Garage pour enfiler son tablier et reprendre le travail interrompu de la veille. Pas tout a fait la tournure que Jason imaginait que sa vie prendrait. Il était constamment nostalgique de son Pays, mais surtout des libertés dont il jouissait là bas. Pas besoin de travailler ou de vivre avec des horaires précis, encore moins le besoin de se sociabiliser. Certes il avait prit un certain goût à travailler au garage, il se savait très bon et réparer des voitures lui permettait de se concentrer sur quelque chose au lieu de penser au passé. Par chance, il ne se retrouvait jamais sans tâche à accomplir, à croire que Storybrooke est la ville qui possède le plus de voitures dans tout l’état. Et quand il n’y avait plus de voitures à réparer, on lui amenait des motos, celles ci se faisant plus rare.

Comme tout les matins à cette heure là, la boutique était vide. Tant mieux, il préférait largement faire son travail sans être dérangé. A son habitude, il ouvrit le lourd rideau de fer qui menait à l’arrière du garage et alluma toutes les lumières. Le bureau avait toujours cette odeur de cuir macéré et de café froid mélangé à un parfum de cigarette à moitié allumée. Avec le temps il avait même appris à s’y habituer. Il alluma ensuite la radio, un air de rock qui lui était inconnu se mit alors à envahir la pièce, et le rythme de la basse résonnait parfaitement dans toute la boutique. Jason esquissa alors un rapide sourire, alors que personne ne pouvait le voir, et s’attela à sa tâche. La dernière voiture qu’on lui avait apportée faisait un bruit monstre quand elle dépassait les 20 km/h, et le moteur vibrait irrégulièrement. Il passa tout en revue et se mit à démonter quelques pièces. Alors que les heures passèrent, les autres employés arrivèrent à leurs tours. Ils n’étaient que 3 à travailler ici, mais tous exécutaient leur métier avec tant de précision et de rigueur qu’ils se suffisaient. Jason les supportait même, aucun des trois n’était doué pour faire la conversation et chacun travaillait dans son coin. Ils ne s’échangeaient que l’habituel « Bonjour » et « Au revoir », avec l’occasionnel « Bon boulot ». Le rythme parfait pour le jeune homme.

Les clients arrivaient et partaient tout au long de la journée, et Jason était bien content de ne pas avoir à trop leur parler. On le regardait souvent d’un air déconcerté, parfois même apeuré. Mais le plus souvent avec beaucoup d’insolence : il était bon, voire excellent, dans le métier mais insupportable aux yeux des clients. Il se moquait bien de leur opinion, s’il voulait il pourrait les écraser d’un coup d’aile. Mais les clients apportaient les chèques et son salaire lui permettait de vivre dans ce monde régit par une chose aussi absurde que l’argent.

Enfin vint l’heure de sa pause, et Jason se posa en retrait dans le garage, avachi dans un coin ou personne ne viendrait l’embêter, il croisa ses bras derrière sa tête et posa ses pieds sur une caisse à outil avant de fermer les yeux et de se plonger dans un sommeil léger. Le jeune homme pouvait trouver le sommeil n’importe où et à n’importe quel moment, même assis le moins confortablement possible il pouvait trouver un peu de repos. Et depuis son arrivée à Storybrooke il se rendait compte que son corps d’humain nécessitait beaucoup plus de repos qu’auparavant. Tandis qu’il se laissa bercer par le son étouffé des moteurs autour de lui, il entendit un léger bruit de frein, puis des pas qui se dirigeaient maladroitement vers lui. Sans daigner ouvrir un œil, il grogna. « On est fermés. Revenez plus tard. »


par humdrum sur ninetofive






________________________________

The Jabberwock, with eyes of flame, came whiffling through the tulgey wood, and burbled as it came!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WE ARE CURSED
avatar

Messages : 123
Date d'inscription : 14/10/2015
Célébrité : Cameron Monaghan
Crédits : ilyria87
Une petite photo :
Véritable identité : Iago
Encore des histoires :

Il était une fois un magnifique perroquet se nommant Iago.
Il baignait dans le luxe et la volupté dans un palais en servant le Grand Vizir d'Agrabah jusqu'au jour où ce dernier a fait l’andouille en gâchant un vœu pour devenir le génie le plus puissant de l'univers. Fin.



MessageSujet: Re: A little bird told me... [pv isaac]   Mar 24 Nov - 11:09






Isaac Littlebird - Jason Bullock
“ A little bird told me... ”


Voler lui manquait. Sentir le vent dans ces plumes, voir la ville minuscule en dessous de lui. Vraiment. Il n'y avait aucun équivalent. C'était bien la seule chose qui lui manquait depuis que la malédiction de la méchante reine les avait tous transporté ici. Iago y avait gagné une nouvelle apparence comme toutes les autres bestioles parlantes. Il n'y avait que ces ailes qui lui manquaient, pour le reste, il était plutôt satisfait de sa situation.

Bien sûr, il ne se présentait pas aux gens en tant que Iago. Il fallait être suicidaire pour cela ! En tant que perroquet parlant, il s'était attiré les foudres de pas mal de personne et avait acquis une sale réputation en tant que sbire de Jafar. Ainsi, les gens avaient du mal à lui faire confiance. Alors il restait avec son nom de Storybrooke et inventait une fausse identité concernant son ancienne vie. Pour l'instant, le mensonge prenait. Pour l'instant. Iago était lucide, il ne pouvait compter éternellement sur cette chance.

Depuis le retour des souvenirs, il menait à combat contre la montre. Combien de temps tiendra son mensonge ? Le livreur de journaux menait à bien chaque minute pour prospecter des liens qui lui seront utiles lorsque la vérité éclatera. Pour cela, il mangeait à tous les râteliers, essayant de se rendre indispensable auprès des bonnes personnes.

Il était prêt à tout dans ce but. Voilà pourquoi il s'était acharné sur sa chaîne de vélo toute la journée. Jason Bullock, sa cible du jour, travaillait au garage de la ville. Isaac avait toujours eu le don de sentir qui méritait ces compliments et, pas de doute, Jason entrait dans cette catégorie. Son vélo endommagé allait servir de prétexte pour une première rencontre. L'ancien perroquet fit quelque pas en arrière pour admirer le travail tout en s'essuyant le front. En contemplant la chaîne malmenée de son fidèle moyen de locomotion, il ne put s'empêcher d'éprouver un pincement au cœur. Pédaler à toutes allures dans les rues de la ville était se qui se rapprochait le plus de la sensation qu'il éprouvait en volant. Il espérait vraiment que ce sacrifice en valait la peine ou qu'il obtiendrait au minimum un vélo réparé.

Isaac n'y connaissait pas grand chose en mécanique et il fallait que son sabotage passe pour des traces d'usures. Au final, la préparation de sa ruse lui avait pris une bonne partie de la journée. L'ancien volatile pesta en regardant sa montre. Il devait se dépêcher sinon il arriverait trop tard. Tant pis, il n'avait plus qu'à croiser les doigts pour que son petit tour ne soit pas découvert.

Le livreur de journaux redressa son vélo pour se mettre en route. Marché en tenant à côté de lui l'engin endommagé était une vraie torture. De temps en temps, il prit le risque de l'enfourcher pour gagner quelques mètres avant que la chaîne traficotée ne refasse des siennes, l'obligeant à freiner et descendre prestement avant de tomber. Ce fut le cas lorsqu'il arriva pile à l'intérieur du garage. Après un rapide tour d'horizon, il trouva la personne qu'il cherchait et se dirigea avec prudence vers lui. Jason semblait faire une pause. Iago savait par expérience que de commencer une conversation dans ces conditions étaient risquée. Une impression qui fut confirmée lorsque l'ancien monstre l'informa sans ouvrir l’œil qu'ils étaient fermés.

"Mais j'ai besoin que mon vélo soit réparé avant demain matin et on m'a dit que je trouverais ici le meilleur mécanicien de tout Storybrooke." Argumenta-t-il sur un ton suppliant.

En une phrase choisie avec soin, Isaac jouait sur deux tableaux : les premières paroles étaient destinées à vérifier si jouer la corde sensible pouvait porter ces fruits, quant au reste, il jouait la carte de la flatterie. L'ancien perroquet était un expert en flatterie et, de ce fait, capable de beaucoup que ce mince compliment. Ce qu'il venait de dire n'était qu'une mise en bouche en attendant d'entrer dans le vif du sujet.

par humdrum sur ninetofive






Spoiler:
 

________________________________


“Je prends soin de ma vie" Storybrooke, c'est comme une jolie dinde de noël prête à se faire plumer et, cette fois, c'est moi qui tient la pince à épiler. Je serais le roi de la ville en moins d'une semaine ! Bin quoi ? Tu crois que je vais tomber sur un bec. D'accord, je suis petit et comme je suis trop discret, je n'ai pas droit au respect. J'en ai ras-le-bec (et je suis poli) mais j'ai compris : je prends soin de ma vie.©️ caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WE ARE CURSED
avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 09/11/2015
Célébrité : Milo Ventimiglia
Une petite photo :
Véritable identité : Jabberwock
Encore des histoires :

"Beware the Jabberwock, my son!"



MessageSujet: Re: A little bird told me... [pv isaac]   Lun 7 Déc - 16:46






Isaac Littlebird - Jason Bullock
“ A little bird told me... ”


Quand on évoqua sa réputation, Jason ouvrit enfin un oeil pour voir qui lui faisait face. Le garçon n'était pas bien grand, pas imposant pour un sou; il devait avoir à peine la vingtaine. Jason n'en aurait fait qu'une seule bouchée. Il ne supportait pas qu'on interrompe sa sieste, alors il se releva en grognant encore. L'horloge au dessus de sa tête lui indiquait qu'il avait à peine somnolé pendant une dizaine de minute.

"C'est pas mon boulot de m'occuper de vélos."

Pourtant, il empoigna tout de même l'engin et l'arracha presque des mains du garçon. Il avait mieux à faire mais il ne comptait pas refuser une pareille requête, surtout s'il en allait de sa réputation. Et l'inconnu avait su comment aborder l'homme: en le complimentant. Il n'en fallait pas beaucoup plus pour obtenir l'attention de Jason, il était aussi prévisible que ça. D'un premier coup d'oeil il constata déjà tout les dégâts qu'avait subit le vélo. Le garçon devait soit être très mauvais conducteur, soit vraiment inconscient, pour qu'un objet pourtant fait pour être résistant se retrouve dans cet état.

Tandis qu'il passa en revue quelques pièces, il observa du coin de l'oeil son client. Son apparence lui semblait familière mais il ne pouvait pas se rappeler d'où. Les deux hommes s'étaient probablement déjà croisé, mais Jason ne prêtait que très peu d'attention aux personnes autour de lui. Et rien qu'à le regarder, le garagiste savait déjà que le jeune garçon était bavard, très bavard; cela se lisait sur son visage. Or il n'avait pas de temps à perdre avec ça.

"Je ne sais pas ce que tu a pu faire pour qu'il soit dans un état pareil -et ça m'intéresse pas, ajouta-t-il au cas où son client aurait l'idée de converser, mais je peux le réparer. Par contre si tu le veux pour demain tu as intérêt à sortir le chéquier, parce que j'ai d'autres commandes en cours et tout e monde veut son véhicule en premier."

Techniquement il ne lui faudrait pas longtemps pour réaliser les réparations, s'il s'activait il pourrait en être débarrassé en quelques heures, mais il n'avait pas apprécié être dérangé et le garçon semblait en avoir vraiment besoin, alors il en profiterait pour lui faire payer le prix fort. Il démonta la chaîne, resserra quelques vis par ci par la. La roue arrière était légèrement désaxée et les freins semblaient se coincer quand on les pressait trop fort.

Sans toucher davantage le vélo, Jason s'approcha du comptoir derrière lui, attrapa son bloc note et griffonna rapidement un devis. Il voulait chasser le garçon le plus vite possible pour pouvoir retourner à sa sieste et reposer son dos qui commençait à le faire souffrir. Une douleur le lançait la où ses ailes démarraient sous sa forme bestiale, et il n'avait qu'une seule envie: revêtir sa véritable forme et s'enfuir très loin. En attendant, il se devait d'endurer dans ce corps au combien faible; il fit un pas vers le client et lui tendit le morceau de papier sans un mot.

par humdrum sur ninetofive





Spoiler:
 

________________________________

The Jabberwock, with eyes of flame, came whiffling through the tulgey wood, and burbled as it came!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: A little bird told me... [pv isaac]   

Revenir en haut Aller en bas
 
A little bird told me... [pv isaac]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Verity • A little bird told me to believe in dreams and fairy tales
» [réservée]Le secret du Black bird...
» “If you're a bird... I'm a bird...” MIA&SUTTON
» On a déjà vécu ça ou presque. [PV Isaac]
» Isaac "Target" Queen

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Believe in Magic :: storybrooke :: Quartier nord :: Le garage-